Le prêt à taux zéro monte en puissance en 2016Le prêt à taux zéro monte en puissance en 2016

Le président de la République François Hollande a dévoilé le 9 novembre dernier les détails précis de la réforme du prêt à taux zéro annoncée à la rentrée. Et cette annonce a réservé quelques surprises, notamment en termes de conditions d'accès, de montant et de durée du prêt.

Comme annoncé en septembre dernier, le prêt à taux zéro aura bien droit à une nouvelle (et énième...) réforme au 1er janvier 2016. Au moment de l'annonce, nous avions toutefois pointé du doigt d'importantes imprécisions qui nous empêchaient de nous prononcer sur l'efficacité des mesures annoncées (communes concernées, obligation d'occupation, etc.).

Il faut dire que le dispositif applicable en 2015 a clairement fait la preuve de son inefficacité : sur les 24 424 PTZ accordés au premier semestre, seuls 573 l'ont été pour l'acquisition d'un logement ancien rénové (chiffres officiels de la SGFGAS). Une goutte d'eau dans un marché immobilier français de plusieurs centaines de milliers de transactions. Une réforme des conditions d'accès du prêt à taux zéro dans l'ancien semblait donc indispensable pour en obtenir de vrais résultats, et les annonces de septembre avaient laissé les observateurs sur leur faim.

De substantielles modifications du PTZ

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet a bien évolué entretemps, et cette nouvelle version démontre un volontarisme certain de la part du gouvernement.

Tout d'abord, plus d'ambiguïté quant aux communes concernées : le prêt à taux zéro pourra financer l'achat d'un logement ancien rénové partout en France. Plus question donc d'encourager sélectivement la réhabilitation des « centres-bourgs », tous les logements anciens pourront être concernés, pour peu que les travaux accompagnant l'acquisition représentent plus de 25% du coût total de l'opération.

Le dispositif change clairement de dimension : il s'agit à présent de donner un bon coup de pouce au secteur de la rénovation (le communiqué de presse annonce 50 000 créations d'emplois), tout en facilitant l'accession à la propriété des ménages modestes.

Seulement des ménages modestes ? Ce n'est plus si certain, puisque dans le même temps les plafonds d'accession au PTZ sont relevés de façon substantielle (ils passent par exemple de 52 000 à 60 000 € par an pour un couple avec 2 enfants à Orléans). Là encore l'objectif est clair : le gouvernement souhaite passer à la vitesse supérieure avec un objectif à 120 000 PTZ par an, soit deux fois plus qu'en 2015. A noter que les plafonds d'accès du Prêt Accession Sociale seront alignés sur ces nouveaux chiffres.

Par ailleurs, non seulement les prêts à taux zéro seront plus nombreux, mais leurs montants seront aussi plus élevés. Finie la progressivité selon la zone géographique, le PTZ pourra financer 40% du coût total de l'opération, où que se situe le bien concerné.

De même, les durées de remboursement seront plus généreuses : tous les emprunteurs concernés profiteront d'au moins 5 ans de différé initial, qui pourra aller jusqu'à 15ans pour les ménages les plus modestes (contre 0 à 14 ans actuellement).

Quels effets à attendre ?

Il est encore un peu tôt pour savoir si tous les objectifs du gouvernement seront atteints.

En effet, il est certain qu'en relevant les plafonds de ressources le nombre d'emprunteurs concernés sera plus élevé. Par ailleurs, l'augmentation des montants et des durées aura un effet de solvabilisation : certains ménages avaient peut-être droit au PTZ en 2015, sans que cela leur donne pour autant les moyens de réaliser leur projet. Si le prêt à taux zéro permet de financer une part plus importante de l'acquisition, ce sera peut-être le cas.

En revanche, les effets dans l'ancien sont plus incertains. En effet, le principal obstacle à l'obtention reste le montant des travaux à engager : pour l'acquisition d'un bien à 150 000 €, il faut réaliser au moins 50 000 € de travaux pour prétendre au PTZ. Un montant très élevé, et souvent difficilement atteignable.

Il est donc assez certain que le nombre de prêts à taux zéro accordés augmentera très nettement en 2016. Pour autant, la réforme aura-t-elle l'effet escompté sur le secteur de la rénovation ? Les premiers mois de 2016 nous le diront.

Par Xavier Laneurie
18 novembre 2015
© 2017 Source Pret-accession-sociale.com

Dernières actualités

Revues de presse, informations et actualités sur le prêt à l’accession sociale.

L'APL limitée... mais pas pour l'accession sociale !

L'APL limitée... mais pas pour l'accession sociale !

La réforme mise en application au 1er juillet est passée un peu inaperçue : à présent, au-delà d'un certain plafond de loyer, le montant de l'APL diminue, jusqu'à être supprimée. Une mauvaise nouvelle pour les accédants à la propriété ? Non, parce-que cela ne concerne que l'APL « location ». Ouf !
L'APL « accession » avait déjà été sérieusement menacée en 2014...

Peut-on transférer son Prêt Accession Sociale ?

Peut-on transférer son Prêt Accession Sociale vers un autre bien ?

Les conditions d'octroi du prêt PAS sont assez strictes : l'emprunteur doit satisfaire à des conditions de revenus, et le prêt est exclusivement accordé pour le financement de sa résidence principale. Mais les circonstances de la vie font que les ménages restent rarement 20 ou 25 ans dans le même logement. En cas de déménagement, vont-ils perdre le bénéfice de leur prêt PAS ?

Relèvement des plafonds du PAS : Prêts sur 30 ans

Relèvement des plafonds du PAS : retour des prêts sur 30 ans

Tous les 2 mois, les taux plafonds du prêt PAS sont actualisés pour s'adapter aux évolutions du marché du crédit immobilier. Leur mise à jour au 1er juillet n'a donc rien de surprenant, et pourtant, cette fois-ci, elle a de réelles conséquences sur la capacité d'emprunt des ménages les plus modestes. Il faut tout d'abord dire que cette actualisation correspond en fait à l'alignement...

Les parlementaires au secours de l'APL Accession

Les parlementaires au secours de l'APL Accession

Menacée par la loi de finances pour 2015, l'APL Accession avait déjà été sauvée in extremis, mais seulement temporairement : l'article 93 de ladite loi prévoit toujours sa quasi-disparition pour le 1er janvier 2016. Mais le « groupe de travail sur les aides personnelles au logement » formé en début d'année à l'Assemblée Nationale ne semble pas l'entendre de cette oreille, et défend...

APL accession : un an de répit pour les ménages modestes

APL accession : un an de répit pour les ménages modestes

Ouf ! L'article 52 du Projet de Loi de Finances pour 2015, présenté fin octobre, prévoit la suppression de l'APL pour les bénéficiaires du prêt PAS, sauf en cas de baisse de revenus significative en cours de remboursement. Autant dire que les emprunteurs modestes ne pourront plus compter sur l'APL pour les aider dans leurs projets immobiliers. Et que l'intérêt du prêt...

Les plafonds de ressources du PAS alignés sur le PTZ

Les plafonds de ressources du PAS alignés sur le PTZ

Il a beaucoup été question de la réforme du Prêt à Taux Zéro Plus au cours des dernières semaines, mais une autre mesure censée favoriser la primo-accession à la propriété est pour ainsi dire passée inaperçue : en alignant à partir du 1er octobre les plafonds de ressources du Prêt Accession Sociale sur ceux du Prêt à taux Zéro, le législateur a considérablement facilité son accès...