Frais de notaire : vers une baisse de leur rémunération ?Frais de notaire : vers une baisse de leur rémunération ?

D'après une information du Parisien, le gouvernement va saisir l'Autorité de la concurrence afin de préparer une réforme de la rémunération des professions réglementées. En cause notamment les émoluments proportionnels des notaires lors d'une vente immobilière, considérés comme injustifiés au regard du travail effectivement fourni. Une manière de compenser la hausse des droits de mutation depuis le 1er mars ?

Dans le système actuel, les « frais de notaire » ne sont en fait pas uniquement destinés à la rémunération du notaire. La plus grande partie est constituée de taxes (droits d'enregistrement, frais de publication, frais d'hypothèque), qui sont reversées à l'Etat.

Seul le reliquat (moins de 20% pour un logement ancien) est effectivement conservé par l'étude notariale, au titre de ses émoluments.

Des revenus en hausse, notamment sur les marchés immobiliers tendus

Or ces émoluments sont proportionnels au montant de la transaction. Pourtant, la vente d'un 5 pièces à Paris demande-t-elle réellement beaucoup plus de travail que celle d'un 2 pièces dans une petite ville de province ? C'est la question que soulève le gouvernement, d'autant qu'avec la hausse des prix de l'immobilier au cours des 10 dernières années, les revenus de certaines études ont considérablement augmenté, sans que le service offert n'ait changé. Un état de fait souvent décrit comme une rente de situation...

La piste envisagée serait le basculement vers un système forfaitaire. L'étude notariale ne serait donc plus rémunérée qu'en fonction du service réellement rendu, quelle que soit la valeur du bien vendu. Cette grille forfaitaire serait par ailleurs revalorisée annuellement, afin de tenir compte de la hausse du coût de la vie.

Un débat qui promet d'être animé

Anticipant une probable levée de boucliers de la profession, le ministre des Finances Pierre Moscovici tente déjà de calmer les esprits : « Nous avons comme objectif d'agir pour obtenir une baisse des prix. Cela ne pourra être fait qu'après concertation. Ce n'est pas un débat qu'il faut redouter. »

Les réactions ne se sont pas fait attendre. Interrogé par le France Inter, le président du Conseil supérieur du notariat (CSN) Jean Tarrade a répliqué que « la plupart des clients paient un tarif inférieur à ce que coûte le service ». Ce qui signifie concrètement que sur les petites acquisitions (qui concernent donc les ménages les plus modestes), les études perdent de l'argent. Perte qu'elles compensent en percevant une rémunération supérieure sur les « gros dossiers ». Le corollaire d'un passage au système forfaitaire serait donc une augmentation des frais pour les ménages modestes, et une diminution pour les ménages aisés. Une situation qui serait difficilement soutenable pour le gouvernement, et qui constituera probablement la principale ligne de défense des organisations notariales.

Une surprenante coïncidence de dates

Etrangement, cette annonce intervient à l'heure où la plupart des départements ont voté une hausse très significative des frais de notaire (+10% pour un bien ancien). De là à penser que le gouvernement tente de faire payer une partie de cette hausse par les notaires, il n'y a qu'un pas, qui sera probablement vite franchi par les intéressés.

25 mars 2014
© 2018 Source Pret-accession-sociale.com

Dernières actualités

Revues de presse, informations et actualités sur le prêt à l’accession sociale.

Le gouvernement veut-il supprimer le prêt accession sociale ?

Le gouvernement veut-il supprimer le prêt accession sociale ?

Le projet de loi de Finances 2018 présenté par le gouvernement prévoit la suppression de l’APL accession. Ce dispositif encore méconnu correspond à une aide mensuelle accordée aux primo-accédants, sous conditions de ressources. Le projet de loi de Finances 2018 apporte son lot de réformes en matière de logement...

Plan Logement : Vers une baisse des APL

Plan Logement : le gouvernement annonce une baisse des APL

Le gouvernement a confirmé la baisse des aides au logement ce 20 septembre dans le cadre de sa « stratégie logement », une mesure dénoncée par les associations qui craignent une dégradation des conditions de logements des plus pauvres. Les aides personnalisées au logement (APL) diminueront de 5 euros au 1er octobre 2017. Aucune autre diminution n’est prévue...

L'APL limitée... mais pas pour l'accession sociale !

L'APL limitée... mais pas pour l'accession sociale !

La réforme mise en application au 1er juillet est passée un peu inaperçue : à présent, au-delà d'un certain plafond de loyer, le montant de l'APL diminue, jusqu'à être supprimée. Une mauvaise nouvelle pour les accédants à la propriété ? Non, parce-que cela ne concerne que l'APL « location ». Ouf !
L'APL « accession » avait déjà été sérieusement menacée en 2014...

Peut-on transférer son Prêt Accession Sociale ?

Peut-on transférer son Prêt Accession Sociale vers un autre bien ?

Les conditions d'octroi du prêt PAS sont assez strictes : l'emprunteur doit satisfaire à des conditions de revenus, et le prêt est exclusivement accordé pour le financement de sa résidence principale. Mais les circonstances de la vie font que les ménages restent rarement 20 ou 25 ans dans le même logement. En cas de déménagement, vont-ils perdre le bénéfice de leur prêt PAS ?

Le prêt à taux zéro monte en puissance en 2016

Le prêt à taux zéro monte en puissance en 2016

Le président de la République François Hollande a dévoilé le 9 novembre dernier les détails précis de la réforme du prêt à taux zéro annoncée à la rentrée. Et cette annonce a réservé quelques surprises, notamment en termes de conditions d'accès, de montant et de durée du prêt. Comme annoncé en septembre dernier, le prêt à taux zéro aura bien droit à une réforme.

Relèvement des plafonds du PAS : Prêts sur 30 ans

Relèvement des plafonds du PAS : retour des prêts sur 30 ans

Tous les 2 mois, les taux plafonds du prêt PAS sont actualisés pour s'adapter aux évolutions du marché du crédit immobilier. Leur mise à jour au 1er juillet n'a donc rien de surprenant, et pourtant, cette fois-ci, elle a de réelles conséquences sur la capacité d'emprunt des ménages les plus modestes. Il faut tout d'abord dire que cette actualisation correspond en fait à l'alignement...